(JPEG)



L'oeuvre d'Aristote n'a été connue

en sa quasi-totalité qu'à la fin

du XIIe siècle

Alain de LIBERA





L'oeuvre d'Aristote n'a été connue en sa quasi-totalité qu'à la fin du XIIe siècle. En fait, ce qui n'est pas sans conséquence sur l'histoire de l'aristotélisme médiéval, l'oeuvre d'Avicenne a été connue avant celle du Stagirite, car les traducteurs de Tolède se sont plus intéressés à la philosophie arabo-musulmane et juive qu'au corpus artistotelicum. L'entrée d'Aristote a donc été préparée puis accompagnée par celle des péripatéticiens arabes. Du filtre d'Avicenne à celui d'Averroès, "l'aristotélisme" n'a jamais existé à l'état pur : le mouvement de déplatonisation d'Aristote accompli par Thomas d'Aquin l'a été dans les pas d'Ibn Rushd, comme celui de replatonisation du Stagirite accompli par les premières générations de maîtres du XIIIe siècle l'avait été dans ceux d'Ibn Sînâ.

Alain de Libera, La philosophie médiévale (1993), éd. 1998, Puf, p. 358-359

philo_m_di_vale_couv












- retour à l'accueil